Mères en mouvement : femmes enceintes et athlètes

La grossesse n’est pas un obstacle pour vous d’exercer votre corps. Au contraire, c’est un excellent moyen de rester en bonne santé et de faire face à l’expérience. La prescription d’un programme d’exercices physiques doit être adaptée aux changements fonctionnels et anatomiques vécus par les femmes pendant la période de gestation, dans laquelle des facteurs importants tels que l’état de santé, la pratique antérieure et les préférences sportives doivent être pris en compte.

Bénéfices  

Avec une bonne pratique de l’exercice physique vous améliorerez votre condition cardiovasculaire et musculaire, vous favoriserez également la correction posturale en évitant une prise de poids excessive. Cela vous procurera une meilleure condition physique et générale, ce qui vous permettra d’affronter le travail de la grossesse et de l’accouchement avec moins de risques. De même, il réduit l’inconfort digestif et la constipation, réduit l’anxiété, la dépression et l’insomnie, grâce à l’augmentation du bien-être psychologique.

Il protège contre le diabète gestationnel et améliore la tension artérielle, et peut être utilisé comme traitement alternatif, capable de réduire voire de supprimer l’utilisation d’insuline.

 Le niveau d’adaptation à l’exercice physique avant la grossesse sera déterminant dans la tolérance et les possibilités de pratiquer une certaine pratique pendant la grossesse, car plus l’adaptation aérobie est grande, plus l’efficacité cardiorespiratoire et énergétique est grande, meilleure est la vascularisation des tissus et plus capacité à éliminer la chaleur.

Bref, il raccourcit le temps d’hospitalisation post-partum et réduit le nombre de césariennes.

Laquelle faire ?

Les sports les plus recommandés sont le vélo et la natation, la marche apporte également de grands bienfaits. Toutes ces pratiques peuvent être pratiquées jusque tard dans la grossesse, à condition de prendre les mesures nécessaires pour éviter tout risque et d’avoir l’accord du spécialiste.

Faites des promenades de 20 à 30 minutes qui peuvent être progressivement augmentées jusqu’à une heure par jour, à une intensité de marche qui vous permet de parler à votre compagnon.

Que jeter ?

Oubliez les sports de contact, ceux qui se pratiquent sur des surfaces dures, augmentent la pression abdominale (volley, saut, basket) ou qui demandent un travail excessif des muscles abdominaux. Par exemple, la gymnastique aérobique, le ski nautique, le patinage, le tennis, entre autres.

recommandations   

  • La prescription médicale d’exercice physique doit être individuelle et faire l’objet de contrôles réguliers par le spécialiste.
  • Les programmes aérobiques doivent être exécutés à une intensité modérée qui ne dépasse pas 70 % du volume maximal d’oxygène de la femme enceinte.
  • Le sport doit être pratiqué de façon régulière, soit trois à quatre séances hebdomadaires. Chacune d’une durée de 20 à 30 minutes.
  • Évitez de vous entraîner à haute intensité ou dans l’arène compétitive.
  • En cas de pratique d’un sport intense, ne le prolongez pas plus de 15 minutes. De même, évitez de le pratiquer par temps chaud et humide en raison des risques de déshydratation et d’hyperthermie.
  • Vous devez vous échauffer avant et refroidir ensuite pendant 5 à 10 minutes.
  • Portez des chaussures et des vêtements de sport confortables.
  • Effectuez l’exercice sur des surfaces appropriées qui empêchent de glisser. Par exemple, ceux qui réduisent l’impact de la marche tels que les planchers en bois, les tapis, les nattes, entre autres.

Certaines femmes peuvent présenter de la dépression, de l’ennui ou de l’anxiété pendant la grossesse, la pratique d’exercices aide à réduire ces humeurs négatives, car elle permet à la femme de rester détendue.

Partagez ce texte sur vos réseaux sociaux et laissez un commentaire dans la section ci-dessous.