le pouvoir des limites

Nous vivons à une époque de divulgation d’informations où parler de ce qui nous arrive, de ce que nous aimons ou de ce que nous faisons semble être la chose la plus importante. Les gens, par popularité, sont prêts à donner beaucoup de leurs informations personnelles, à révéler des détails sans rien garder pour eux.

Maintenant, il est facile de savoir quand quelqu’un est triste, même si nous ne le connaissons pas, quand il a été cambriolé, quand il a acheté une nouvelle maison ou quand il a déménagé dans une autre ville ou a vécu un terrible traumatisme grâce aux réseaux sociaux. Cela pourrait être sain pour de nombreuses personnes qui ont besoin de s’exprimer, mais la plupart des délais manquent (ce qui est également très sain).

En ce moment, chacun veut dire sa vérité, il veut à tout prix faire savoir ce qu’il ressent ou ce qu’il a vécu, car il pense que son histoire doit être racontée et les médias comme les réseaux sociaux sont parfaits pour la divulgation. Mais avec tout ça , où va notre vie privée ?

C’est bien de le dire, oui, mais pas à tout le monde , pas dans des formats de divulgation où on ne veut très secrètement être que des petites célébrités. Il y a des limites, qui définissent à la fois ce que nous voulons donner et ce que nous voulons laisser entrer.

Dans les relations saines, romantiques ou autres, dit Bockarova, nous nous adaptons aux limites de l’autre en faisant des “offres de confiance” progressives. Par exemple, lors d’un premier rendez-vous, vous pourriez avouer que vous avez eu une journée difficile au travail parce que votre patron manquait de vous. “Si l’autre personne ne répond pas du tout, cela n’ira probablement pas plus loin”, dit-elle. “Les offres de confiance sont réduites lorsqu’il n’y a pas de réciprocité, car on se rend compte qu’on n’est pas en sécurité avec cette personne.”

En général, c’est ainsi que les personnes en bonne santé travaillent pour s’exprimer, elles mesurent d’abord ce qu’elles peuvent donner, à qui elles peuvent le donner et ce qu’elles peuvent recevoir. Ce n’est qu’avec la réciprocité qu’ils sont prêts à divulguer des informations sur eux-mêmes, sinon ils ne sont pas intéressés à divulguer leur vie s’ils n’obtiennent pas la compréhension en retour.

Mais la vérité est que nous aimons tous parler de nous aux autres . Dans une recherche menée par la sociologue Susan Sprecher de l’Université d’État de l’Illinois, des participants jusque-là inconnus ont été jumelés et invités à se poser des questions. Dans un groupe, les gens se relayaient : une personne parlait pendant 10 minutes pendant que le partenaire écoutait, puis ils échangeaient. Dans le deuxième groupe, les individus s’engagent dans un va-et-vient réciproque, se répondant dans l’instant. Le groupe bidirectionnel a semblé se faire des amis et se faire confiance plus rapidement.

La vie privée doit être protégée

Bref, il y a naturellement en nous un besoin latent de partager ce que nous sommes, ressentons ou faisons. Les réseaux sociaux ont rendu ce besoin plus aigu et dans notre société la vie privée est de plus en plus menacée. Bockarova recommande de protéger notre vie privée et de ne partager les informations qu’avec ceux avec qui nous avons une relation réciproque.